Sculptures et Objets d'art

Le Roi de Rome

Ensemble de huit soldats attribué au jeu du Roi de Rome. En plomb peint, annoté des grades de chaque soldat sur le shako.
3,6 cm
A.B.E. (Petit éclat).
Epoque Premier Empire.

Historique :
« L’histoire des soldats de plomb du Roi de Rome est étonnante. Elle commence en 1812 lorsque Napoléon passe commande de deux jeux complets de 120 figurines chacun, figurant les régiments du 21e et du 22e Légers, le premier au chiffre de l’Impératrice Marie-Louise, le second au chiffre de l’Empereur. Comme il s’agit du premier cadeau d’anniversaire du couple impérial à leur fils, le jouet doit se distinguer des autres présents offerts par les membres de la famille et de la cour impériale. L’orfèvre Jean-Baptiste Odiot est alors chargé de recouvrir d’or chacune des 240 petites figurines de plomb, ronde-bosse de 36 mm de haut figurant un buste de soldat coiffé d’un shako et porté par un piédouche. Les grades sont indiqués en lettres noires sur les shakos, les épaulettes des soldats et des sous-officiers sont peintes en rouge, celles des officiers en jaune. Chaque jeu, dit « de démonstration », se déploie sur dix planchettes de dix figurines.
C’est après la chute de l’Empire que les petits soldats de plomb du Roi de Rome vont connaître les vicissitudes de l’Histoire. Pour permettre leur passage de France en Autriche afin d’être restitués à l’Aiglon tout en échappant à la surveillance de Metternich, les deux jeux sont minutieusement maquillés par un orfèvre de Nancy, André Grapin. Le placage en or est entièrement gratté, tous les signes distinctifs impériaux effacés et l’ensemble est repeint aux trois couleurs de la garde d’honneur de Marie-Louise à Parme, noir, bleu et rouge, couleurs encore visibles sur les figurines ici présentées. Sous le Second Empire, les soldats sont rendus à Napoléon III par l’intermédiaire de la famille de Pierres apparentée aux Metternich. En septembre 1870, avant de fuir des Tuileries, l’Impératrice Eugénie confie à son premier écuyer, le baron de Pierres, le jeu complet du 22e Léger. Quant aux soldats du 21e auquel appartiennent les trois figurines de la Fondation Napoléon, ils furent dispersés entre plusieurs mains. »
Article de « Karine Huguenaud » de la Fondation Napoléon (2002)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

En savoir plus